L’HALLUX VALGUS

Hallux Valgus : physiopathologie et retentissement sur le pied

L’Hallux Valgus est une affection commune du pied très répandue, majoritairement chez les femmes, qui se caractérise par une double déformation du premier métatarsien (M1) et de la première phalange (P1) de l’hallux (gros orteil).

  • Déviation latérale de l’hallux en valgus > 15°.
  • Métatarsus varus = obliquité du premier métatarsien en dedans > 10°.
  • Saillie de la tête du premier métatarsien (cummunément appelée « oignon »).
  • Peuvent s’associer une crosse latérale de l’articulation inter-phalangienne > 13° et/ou une extension et une rotation de l’hallux avec l’ongle qui regarde en dedans.

Ces déformations de l’avant-pied conduisent à des désordres anatomiques et ont des retentissements sur le pied.

Physiopathologie

Désorganisation de l’articulation métatarso-phalangienne de l’hallux

  • Constitution progressive du Valgus de l’Hallux :
La déviation de la phalange en dehors (en adduction et en pronation) repousse par sa base la tête du premier métatarsien en dedans qui s’échappe du socle sésamoidien (crête émoussée).
La base de la première phalange apparait subluxée.
La tête du premier métatarsien forme un « bélier » qui distend les moyens d’union passifs médiaux (capsule et ligaments métatarso-sésamoidiens et métatarso-phalangiens).
Il se produit un raccourcissement capsulo-ligamentaire latéral de l’articulation avec une laxité articulaire inféro-médiale.
  • Evolution de l’Hallux Valgus : augmentation de la laxité et du métatarsus varus simultanément conduisant à une subluxation puis une luxation du premier métartarsien par rapport aux sésamoïdes.

Désorganisation musculaire

La désorganisation articulaire conduit à une désorganisation des muscles moteurs du gros orteil qui entretient la déformation des articulations.
  • Le muscle Abducteur d’Hallux glisse sous la face médiale de la première tête puis en dessous, avec pour conséquence une diminution de son action anti-valgus qui s’annule lorsque le tendon passe au niveau de la crête.
  • les muscles Adducteurs d’Hallux oblique et transverse se rétracte entraînant une augmentation de l’irréductibilité de la déformation.
  • les muscles Long Fléchisseur d’Hallux, Court Fléchisseur d’Hallux et Long Extenseur d’Hallux se contractent dans la corde de l’arc formé par la déformation et entraînent une composante en valgus sur l’hallux.

Altérations associées

  • Perte de vigilance musculaire : altérations vasculo-veineuses.
  • Douleurs au niveau des parties molles en regard de la zone de conflit : hyperkératose (durillons, cors), bursites.
  • Dégradation de l’avant-pied médian : hypperappuis en arrière du deuxième orteil, griffes d’orteils, luxations, syndrome douloureux du deuxième rayon, maladie de Morton, … .

Retentissements sur le pied

Dans l’évolution de l’Hallux Valgus, les symptomes concernent aussi bien le premier rayon que les rayons voisins, entraînant ainsi des retentissements sur la fonction de l’avant-pied.

Au niveau de l’articulation métatarso-phalangienne de l’hallux

Les rétractions fibrotendineuses latérales fixent le valgus.
Il se forme des adhérences entre la face latérale de la première tête métatarso-phalangienne et le sésamoïde latéral.
L’hypertrophie de la partie découverte de la première tête métatarsophalangienne sous les contraintes conduit à unconflit douloureux au sommet de la déformation (exostose ou « oignon« ).
L’inflammation de la bourse séreuse, qui sépare le ligament de la peau, au niveau de l’insertion du ligament collatéral médial peut conduire à une bursite.
Les sollicitations mécaniques augmentent sur la partie de l’articulation restant en contact avec le sol entraînant laformation d’arthrose par surcharge de la partie latérale de l’articulation.

Au niveau de l’articulation métatarso-cunéenne en amont

L’hyperlaxité de l’articulation conduit à une aggravation avec augmentation de la déformation.
Un enraidissement de l’articulation peut constituer une gêne pour la chirurgie qui peut alors nécessiter une ostéotomie du premier cunéiforme (ou du métatarsien).

Au niveau de l’articulation interphalangienne de l’hallux en aval

L’hallux se couche sur son flanc médial (avec l’ongle qui regarde en dedans) par une rotation axiale de la première phalange en pronation.
Le muscle long fléchisseur des orteils ne transmet plus efficacement sa force d’impulsion motrice à la pulpe de l’hallux.

Diminution de la fonction d’appui du premier rayon

Le métatarsus varus entraîne un recul de la première tête métatarsienne avec une perte d’appui des os sésamoïdes.
Les conséquences d’une insuffisance fonctionnelle du premier rayon se traduisent par :
  • des métatarsalgies médianes par surcharge mécanique ;
  • un syndrome douloureux du deuxième rayon avec une subluxation de la deuxième articulation métatarso-phalangienne et une griffe du deuxième orteil qui se fixe dans le temps ;
  • des pathologies cutanée de surcharge et de conflit : durillons, cors, … ;
  • la maladie de Morton, des bursites intercapito-métatarsiennes, … ;
  • augmentation du valgus dynamique de l’arrière pied pouvant être à l’origine de tendinopathies du muscle tibial postérieur, d’un pied plat acquis, … .