Les mycoses du pied

Les mycoses du pied sont des affections parasitaires superficielles provoquées par des champignons microscopiques ; cutanées (mycoses de la peau) ou unguéales (onychomycoses ou mycoses des ongles), elles sont liées à trois familles de champignons oppotunistes.

Les agents pathogènes

Les dermatophytes

Les dermatophytes sont des champignons microscopiques kératinophyles. Ils sont de trois genres : Tricophyton,Epidermophyton et Microsporum. Ils peuvent être de trois origines :
  • Origine humaine : spores résistantes sur les lésions, les débris d’ongles, les cheveux, les squames ; leur propagation se fait le plus souvent par contamination indirecte (sols, vêtements, chaussures, …) mais peut aussi de faire par contamination directe (innoculation à partir d’une plaie superficielle).
  • Origine animale : lésions de type inflammatoire.
  • Origine tellurique : rares et peu agressifs.

Les levures

Les levures constituent la flore commensale du tube digestif et des voies génitales (muqueuses). Ce sont des infections du genre Candida dans 80% des cas.

Les moississures

Les moississures se rencontrent principalement dans les infections unguéales : Aspergillus sp., Fusarium sp.,Scopulariopsis Brevicauli.

Facteurs favorisants les mycoses

  • Chaleur et humidité cutanées ; macération interdigitale.
  • Micro-traumatismes : altérations cutanées, onycholyses.
  • Déficit immunitaire acquis (corticothérapie, SIDA, …) ou congénital.
  • Acidité (sueur eccrine) : favorise surtout les levures.
  • Antibiothérapie par voie générale, milieux sucrés : favorisent surtout les candidoses.

Formes cliniques des mycoses cutanées

A ne pas confondre avec (diagnostic différentiel) : macération, cors enflammés, dysidroses, pustuloses psoriasiques, intertrigos microbiens, eczéma lichenifié.

Pied d’Athlète ou Intertrigo interdigital

Le « Pied d’Athlète » est la forme la plus fréquente des dermatophytoses après l’âge de 10 ans. L’intertrigo interdigital est un infection évolutive des plis interdigitaux qui atteint préférentiellement le quatrième espace interdigital (entre le quatrième et le cinquième orteil). Il présente une forme érythématheuse desquamante qui peut évoluer vers une forme vésiculeuse puis lichenifiée. L’intertrigo interdigital peut être accompagné de prurit et de douleurs dans les formes inflammatoires ou surinfectées.

Pied Mocassin

Le « Pied Mocassin » est une forme sèche d’hyperkératose chronique qui se caractérise par des plantes de pieds sèches et squameuses. Le fond des plis cutanés est blanchâtre et farineux (peut coexister avec un Intertrigo interdigital). Les lésions sont extensives et présentent une bordure vésiculo-pustuleuse rouge.

Herpès circiné

L’herpès circiné, ou épidermophytie circinée, est rare au niveau du pied ; il est souvent associé à la teigne du cuir chevelu.

Intertrigo des petits plis

L’intertrigo des petits plis est une dermatophytose qui provoque un érythème et fait apparaitre un enduit crémeux et blanchâtre dans le fond des plis interdigitaux. Les plis interdigitaux sont fissurés avec une prédominance dans le premier espace interdigital. L’intertrigo des petits plis peut faire suite à une infection digestive ou génitale.

Formes cliniques des mycoses unguéales (onychomycoses)

A ne pas confondre avec (diagnostic différentiel) : onycholyse, hyperkératose sous-unguéale, leuconychie, mélanonychie, psoriasis unguéal.

Onychomycose sous-unguéale disto-latérale

Mycose des ongles la plus fréquente, elle touche la couche cornée de l’hyponychium et le lit unguéal. Rencontrée le plus souvent sur l’hallux (gros orteil) ou le cinquième orteil, elle développe une hyperkératose sous-unguéale pouvant engendrer une onycholyse secondaire. Les autres signes cliniques peuvent être une tache à l’extrémité de l’ongle, un ongle jaune et une altération de la trophicité unguéale.

Leuchonychie superficielle mycosique

La leuconychie superficielle mycosique provoque des taches opaques blanchâtres à la surface de l’ongle et peut rendre l’ongle friable.

Mycose sous-unguéale proximale

Atteinte de la matrice de l’ongle favorisée par une cuticule abimée. Il existe deux tableaux cliniques :
  • Forme sans perionyxis = leuconychie sous-unguéale proximale.
  • Forme avec périonyxis = inflammation du pourtour de l’ongle (aspect rouge, violacé) qui évolue par poussées avec des attaques bactériennes.

Onychomycodystrophie totale

Forme évoluée des onychomycoses qui présente un ongle dystrophique, épais, coloré et friable : ongle en « bois pourri ».

Endonyx

Forme rare des mycoses unguéales qui consiste en une attaque directe et totale qui peut être accompagnée d’une infection cutanée plantaire.

Diasnostic et examens des mycoses

Examen clinique

L’examen clinique des mycoses du pied est visuel et/ou palpatoire. De nombreuses confusions sont possibles, d’où l’intérêt de faire pratiquer un examen mycologique en laboratoire.

Prélèvements

Avant d’effectuer un prélèvement, il est indispensable d’arrêter les traitements en cours destinés aux mycoses pendant un mois pour les mycoses cutanées et pendant trois mois pour les mycoses unguéales.
  • Prélèvement de squames périphériques pour les lésions cutanées et à la limte de la lésion sous l’ongle pour les mycoses unguéales.
  • Examen direct au microscope : filaments mycélien, spores.
  • Mise en culture (1 à 4 semaines pour les dermatophytes) et antifongigramme.

Traitements des mycoses

Traitements préventifs des mycoses

La prévention des mycoses est à la fois individuelle et collective, elle nécessite de bonnes règles d’hygiène.
  • Soins de pédicurie : le pédicure-podologue utilise des instruments stériles.
  • Surveillance accrue chez les patients à risque.
  • Traitement antifongique pour éviter les récidives.

Traitements locaux des mycoses

Les topiques antifongiques sont prescrits par un médecin ou un pédicure-podologue. La durée des traitements varie de trois à quatre semaines pour les mycoses cutanées et de 3 à 4 mois pour les mycoses unguéales. La plupart des traitements locaux des mycoses existent sous plusieurs formes galéniques (crème, solution, poudre, vernis) permettant ainsi de mieux adapter le traitement.
Dans le cas des mycoses unguéales, un pédicure-podologue peut procéder au nettoyage et au fraisage de l’ongle.

Traitements systémiques des mycoses

Les traitements par voie orale sont prescrits par un médecin après examen mycologique. Ils nécessitent une surveillance hépatique.
En cas de mycose unguéale, l’association des traitements est plus efficace = fraisage ou avulsion de l’ongle + traitement local + traitement systémique.

.